L'HISTORIQUE DE L'ONOU

HISTORIQUE

  1. Le CNOUS (Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires)
  2. Après l'indépendance du pays et jusqu'à Mars 1967, les prestations au profit des étudiants étaient gérées par le CNOUS.

    L'ordonnance nº67-44 du 17 Mars 1967, met en place le premier dispositif réglementaire Algérien en matière d'aides sociales universitaires, par la création du Centre National des Œuvres Universitaires CNOUS, doté de la personnalité morale, et placé sous la tutelle du Ministère de l'Education Nationale, le CNOUS, avait pour mission :

    • D'améliorer les conditions de vie et de travail des étudiants et des élèves des établissements d'enseignement supérieur ;
    • D'aider et d'orienter l'action des centres régionaux ;
    • D'effectuer ou de faire effectuer toute étude ou enquête sur les besoins des étudiants, de provoquer la création de services propres a satisfaire ces besoins ;
    • De participer à l'action des organismes qui poursuivent les mêmes buts ou des buts complémentaires.

    En raison de l'accroissement des effectifs des étudiants et de l'éloignement de certaines résidences du centre de décision, une autre forme d'organisation a été préconisée pour permettre une décentralisation de la gestion des œuvres universitaires.

  3. Le COUS
  4. L'ordonnance nº71-5 du 4 février1971, dissous le CNOUS, trois (03) centres des œuvres universitaires et scolaires (COUS), sont ensuite crées, ces derniers sont dotés du statut d'établissement public à caractère administratif (E.P.A) et de l'autonomie financière.

    • Le décret n º 71-52, crée le COUS d'Alger centre.
    • Le décret n º 71-53, crée les COUS d'Oran et de Constantine.

    Au fur et à mesure du redéploiement du secteur, d'autres centres régionaux voient le jour en fonction de la création de nouveaux établissements pédagogiques.

    Les missions dévolues à l'ancien CNOUS ont été revues et enrichies comme suit :

    • La promotion et le développement des activités culturelles et sportives des étudiants.
    • La gestion des biens meubles et immeubles affectés à l'hébergement et à la restauration des étudiants.
    • La gestion des logements des enseignants nationaux et des coopérants.
  5. Le COSU (Centres des Œuvres Sociales Universitaires)
  6. Le Décret nº86-314 du 23 septembre1986 définit les attributions et le mode de fonctionnement des COSU .

    Les dispositions du dit décret (art 02) stipulent que les œuvres sociales universitaires sont prises en charge, selon l'importance des effectifs des infrastructures, par les COSU ou par des infrastructures intégrées aux établissements pédagogiques DOSU lorsque le nombre d'étudiants est inferieur à 2000.Ces DOSU connaitront des transformations successives pour devenir des centres des œuvres universitaires sociales (COSU).

  7. L'ONOU (Office National des Œuvres Universitaires)
  8. L'ONOU est crée en vertu du décret 95-84 du 22 Mars 1995, il dispose de structures locales dénommées résidences universitaires et de délégués régionaux (art.3). Cette nouvelle organisation consacrait une certaine autonomie de gestion des prestations dispensées par les structures de base que sont les résidences universitaires. Chaque résidence disposait de crédits de fonctionnement propres et gérait les moyens et les ressources, mis à sa disposition, par le Directeur Général de l'ONOU. Dans les faits, cette nouvelle organisation administrative a engendré des dysfonctionnements qui ont fait que tout acte de gestion minime soit-il devait avoir l'aval du Directeur General, seul ordonnateur tel que stipulé par le texte de création de l'office.

    L'organisation de l'ONOU demeure néanmoins inchangée jusqu'à, la publication du décret exécutif nº03-312 du 14 septembre 2003, venu apporter les correctifs aux dysfonctionnements enregistrés sur le terrain d'où la création des structures régionales, appelées DOU
    « directions des œuvres universitaires » implantées au niveau des wilayas, chargées de la gestion des ressources financières et humaines, de la restauration et du transport et de la coordination et le contrôle des résidences universitaires .